Quelles sont les 4 principales familles de handicap prises en compte par Tourisme & Handicap ?


La déficience auditive

  • La principale difficulté est de percevoir, d’entendre et de déchiffrer les messages sonores dont la parole.
  • Il convient de distinguer la personne sourde de la personne malentendante.
  • La personne sourde : est une personne née sourde, ou qui a perdu l’ouïe. Elle n’entend pas la parole et ne peut être aidée que par des techniques visuelles (sous-titrage par exemple). Il est important de préciser que toutes les personnes sourdes ne savent pas nécessairement comprendre la langue des signes. De plus, chaque pays a sa propre langue des signes.
  • La personne malentendante : dispose d’un reste auditif exploitable. Elle peut bénéficier d’aides sonores (appareils auditifs, boucle magnétique…) et utiliser la technique de lecture labiale.

Le + Tourisme & Handicap (T&H) : les aménagements dédiés au handicap auditif sont utiles à tous ! Ils aident par exemple certains seniors ayant l'ouïe qui diminue, etc.

La déficience mentale

  • Le handicap mental est un handicap de la compréhension, de la communication et de la décision.
  • Les personnes ayant un handicap mental éprouvent des difficultés à se situer dans l’espace et dans le temps. Cela nécessite une compensation adaptée qui est essentiellement une aide humaine à laquelle peut s’ajouter une aide technique telle que des informations visuelles et sonores simplifiées.

Le + T&H : les aménagements dédiés au handicap mental sont utiles à tous ! Ils aident par exemple les touristes étrangers ne maîtrisant pas la langue française, les enfants, certains seniors, les personnes illettrées ou analphabètes, etc.

La déficience motrice

  • Les troubles de la motricité peuvent signifier une atteinte partielle ou totale de la mobilité et parfois des troubles de la communication, des difficultés à contrôler ses gestes et à s’exprimer ; mais sans altérer pour autant les capacités intellectuelles.
  • Les personnes en situation de handicap moteur peuvent être en fauteuil roulant (manuel ou électrique), se déplacer avec un déambulateur, une canne, des béquilles ou être mal marchantes. Celles qui voyagent seules, sont indépendantes dans la vie quotidienne si elles bénéficient d’un environnement adapté.
  • En revanche, celles qui ont besoin d’aide dans les gestes de la vie quotidienne sont généralement accompagnées.

Le + T&H : les aménagements dédiés au handicap moteur sont utiles à tous ! Ils aident par exemple les touristes avec bagages, les familles avec poussettes et enfants, les personnes en surcharge pondérale, les femmes enceintes, les personnes de petite taille, certains seniors, les personnes plâtrées ou blessées, etc.

La déficience visuelle

  • Parmi les personnes déficientes visuelles il faut distinguer les personnes non-voyantes des personnes malvoyantes.
  • Les personnes non-voyantes : ont une cécité totale et appréhendent le monde principalement par leurs autres sens (toucher, ouïe, odorat, goût). Elles se déplacent le plus souvent avec une canne blanche qui leur permet de détecter les obstacles ou avec un chien guide. Il est important de préciser que toutes les personnes non-voyantes ne savent pas nécessairement lire le braille.
  • Les personnes malvoyantes : perçoivent différemment les éléments de l’environnement en fonction de leur type de vision (floue, champ visuel réduit,…).
  • L’éclairage, l’encombrement des lieux, le contraste des obstacles et des reliefs influents sur leur capacité à percevoir l’espace. Il faut leur donner des repères de voyants qui peuvent être complétés par des indices faisant appel aux autres sens. Certaines personnes malvoyantes se déplacent avec une canne (régulièrement ou ponctuellement), ou un chien guide, pour détecter les obstacles non perçus visuellement.

Le + T&H : les aménagements dédiés au handicap visuel sont utiles à tous ! Ils aident par exemple certains seniors ayant la vue qui diminue, etc.

Profil
Particulier

Mis à jour le 18 février 2020

Partager